Association Maladie et Accident au Travail

Aide aux victimes : maladie professionnelle et accident du travail


Cliquez ici pour nous contacter gratuitement

Tableau 46 – Atteintes auditives provoquées par les bruits lésionnels

Pour toutes vos questions l’Association est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00.
“Vous pouvez compter sur l’Association d'Aide aux Victimes de France pour vous épauler. Bon courage à chacun.”
Le président d’honneur de l’AVF, Patrick Kloepfer

Page mise à jour le 11/07/2022 par Association d'Aide aux Victimes de France

Atteintes auditives provoquées par les bruits lésionnels

Définition

Pour commencer, les atteintes auditives provoquées par les bruits lésionnels peuvent être qualifiées de maladies professionnelles. En effet, les bruits lésionnels sont des bruits entraînant des problèmes d’audition.

Affections professionnelles provoquées par les bruits

Désignation des maladies Délai de prise
en charge
Liste indicative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies
Déficit audiométrique bilatéral par lésion cochléaire irréversible.
En effet, ce déficit est évalué par une audiométrie effectuée de dix jours à un an après cessation de l’exposition aux bruits lésionnels, en cabine insonorisée avec un audiomètre calibré.
De plus, cette audiométrie doit être tonale et vocale et faire apparaître au minimum sur la meilleure oreille un déficit moyen de 35 décibels, calculé en divisant par 10 la somme des déficits mesurés sur les fréquences 500, 1 000, 2 000 et 4 000 hertz, pondérés respectivement par les coefficients 2, 4, 3 et 1.
Enfin, aucune évolution de ce déficit ne peut être prise en compte après l’expiration du délai de prise en charge, sauf en cas de nouvelle exposition au risque.
Un an après la cessation de l’exposition au risque acoustique, sous réserve d’une durée d’exposition d’un an.Travaux exposant aux bruits provoqués par les travaux sur métaux par percussion, abrasion ou projection, tels que : le fraisage, le martelage, le burinage, le rivetage, le laminage, l’étirage, le tréfilage, le découpage, le sciage, le cisaillage, le tronçonnage, l’ébarbage, le meulage, le polissage, le gougeage par procédé arc-air, la métallisation.
De plus, L’utilisation des marteaux et perforateurs pneumatiques.
Ensuite, la manutention mécanisée de récipients métalliques.
Les travaux d’embouteillage.
La mise au point, les essais et l’utilisation de propulseurs, réacteurs, moteurs thermiques ou électriques, groupes électrogènes, groupes hydrauliques, installations de compression ou de détente fonctionnant à des pressions manométriques différentes de la pression atmosphérique.
Les outils mus par les propulseurs ou moteurs ci-dessus mentionnés, et le matériel tracté.
L’emploi d’explosifs.
L’utilisation de pistolets de scellement.
Le broyage, le concassage, le criblage, le sciage et l’usinage de pierres et de produits minéraux.
Désormais, le broyage, le concassage, le criblage, le compactage, le transport pneumatique, le conditionnement et le séchage par ventilation de matières organiques.
De plus, l’abattage et le tronçonnage des arbres, le débroussaillage.
Pour continuer, l’emploi de machines à bois.
L’utilisation de bouteurs, décapeurs, chargeuses, moutons pelles mécaniques.
Ensuite, Le broyage, l’injection et l’usinage des matières plastiques et du caoutchouc.
Le travail sur les rotatives pour des activités graphiques.
Enfin, l’emploi de matériel vibrant pour l’élaboration de produits en béton.

Pour en savoir plus

Article Tableau n° 46 En savoir plus sur cet article…

Créé par Décret n°2005-368 du 19 avril 2005 – art. 1 (V)

Pour finir, vous pouvez contacter la permanence de l’association pour en savoir davantage !