Association Maladie et Accident au Travail

Aide aux victimes : maladie professionnelle et accident du travail


Cliquez ici pour nous contacter gratuitement

Maladie Professionnelle – Épicondylite

Pour toutes vos questions l’Association est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00.
“Vous pouvez compter sur l’Association d'Aide aux Victimes de France pour vous épauler. Bon courage à chacun.”
Le président d’honneur de l’AVF, Patrick Kloepfer

Page mise à jour le 05/07/2022 par Association d'Aide aux Victimes de France

épicondylite

L’épicondylite est une maladie professionnelle qui est reconnue par le tableau n°57 des maladies professionnelles. En effet, cette maladie est un trouble musculo-squelettique touchant principalement la région du coude. Cela survient suite à une inflammation qui survient dans le voisinage d’une saillie osseuse de l’os du bras  au-dessus de l’articulation du coude. C’est souvent le bras dominant qui est touché.

L’épicondylite apparaît souvent chez les individus qui utilisent des mouvements répétés de préhension ou d’extension de la main. Ainsi, les professions les plus touchées par l’épicondylite sont :

  • Les secrétaires,
  • Aide-soignant,
  • Comptables,
  • Assistantes de directions,
  • Travailleurs à la chaîne,
  • Artisans et autres professions manuelles.

De ce fait, l’épicondylite touche de plus en plus de personnes en France, plus de 50% des épicondylites seraient d’origine professionnelle. C’est une maladie qui touche autant les femmes que les hommes dans tous les métiers.

Comment faire reconnaître votre épicondylite comme maladie professionnelle ?

Un diagnostic doit indiquer que vous souffrez de cette pathologie. Il conviendra ensuite de regarder dans la liste de pathologies des tableaux maladies professionnelles 57 sur les affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail si les critères semblent réunis.

Votre caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) doit être prévenue d’un arrêt de travail maladie dans le délai de 15 jours. C’est votre médecin traitant qui remplie la déclaration.

La CPAM adresse ensuite un formulaire à compléter et à renvoyer. La CPAM fait une enquête auprès du Comité Régional de Reconnaissance des Maladies Professionnelles CRRMP. C’est le CRRMP qui rend son avis positif ou non.

La CPAM dispose ensuite de trois mois pour statuer sur le caractère professionnelle de l’épicondylite. Le délai de reconnaissance de maladie professionnelle Épicondylite est donc de trois mois ou de six mois quand le dossier passe par le CRRMP. Passé ce délai il y a accord tacite de reconnaissance de la maladie professionnelle Epicondylite

Que faire si votre épicondylite n’est pas reconnue comme maladie professionnelle ?

Si votre épicondylite du coude n’est pas reconnue comme maladie professionnelle, vous pouvez contester la décision de la CPAM ou du CRRMP. Pour plus d’informations, rendez-vous dans notre rubrique comment contester une décision de refus de maladie professionnelle.

Questions de victimes - Maladie Professionnelle – Épicondylite


J’ai depuis longtemps des épicondylites bilatérales. J’ai occupé durant 3 ans un poste d’assistante commerciale. Mon espace de travail était très inconfortable (travail sur PC 7h par jour avec un écran déporté sur la droite, je travaillais donc « tordue » toute la journée).
J’ai mis plusieurs mois avant de valider avec mon médecin de quelle pathologie je souffrais. Lorsque j’ai rencontré le médecin du travail et que je lui ai expliqué mes douleurs il m’avait répondu que les vacances et le repos devrait suffire.

J’ai peur de faire une déclaration de maladie professionnelle car j’ai une crainte c’est que l’on me déclare inapte à mon poste… En effet, je suis assistante de direction et si je suis déclarée inapte à mon poste, je ne pourrais plus travailler étant donné qu’avec des épicondylites c’est souvent la solution de reclassement qui est proposée…J’ai 30 ans, j’ai déjà du choisir de travailler à temps partiel car physiquement je n’arrive plus à supporter les douleurs, j’ai donc vu mon niveau de vie diminué énormément à cause de la perte de salaire.

De la même manière si je me mets en arrêt de travail pour arrêter de faire les mouvements qui me font souffrir en espérant revenir à l’issue de mon arrêt de travail rétablie je vais encore perdre du salaire or j’ai des charges et le salaire de mon mari ne pourra tout couvrir.

Epicondylite refusé, recours devant le TASS

J’interviens pour une victime d’épicondylite du coude droit qui travaille en qualité de comptable depuis 30 ans et nous sommes en cours de contentieux devant le TASS de Nîmes. La dernière décision rendue par le TASS ordonne que le CRRMP de Marseille se réunisse à nouveau conformément à l’article D. 461-27 du Code de la sécurité sociale, avant dire droit.

Je souhaite leur adresser mes pièces de procédure, et médicales, impossible de trouver leur numéro de téléphone ou leur adresse. N’étant pas partie à la procédure devant le CRRMP, est ce plutôt à ma cliente de leur adresser directement les pièces susdites par LRAR ? Je vous remercie par avance de bien vouloir me communiquer leurs coordonnées et répondre à mes interrogations le cas échéant.


Vous aussi vous avez une question ? Cliquez ici pour nous contacter, réponse dans la journée

L’épicondylite est reconnue par le Tableau 57 – Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail

– B –  
Coude  
Tendinopathie d’insertion des muscles épicondyliens associée ou non à un syndrome du tunnel radial.14 joursTravaux comportant habituellement des mouvements répétés de préhension ou d’extension de la main sur l’avant-bras ou des mouvements de pronosupination.
Tendinopathie d’insertion des muscles épitrochléens14 joursTravaux comportant habituellement des mouvements répétés d’adduction ou de flexion et pronation de la main et du poignet ou des mouvements de pronosupination.
Hygroma : épanchement des bourses séreuses ou atteintes inflammatoires des tissus sous-cutanés des zones d’appui du coude.   – forme aiguë ; – forme chronique.7 jours   90 joursTravaux comportant habituellement un appui prolongé sur la face postérieure du coude.
Syndrome canalaire du nerf ulnaire dans la gouttière épithrochléo-oléocranienne confirmé par électroneuromyographie (EMG)90 jours (sous réserve d’une durée d’exposition de 90 jours)Travaux comportant habituellement des mouvements répétitifs et/ou des postures maintenues en flexion forcée.   Travaux comportant habituellement un appui prolongé sur la face postérieure du coude.