Association Maladie et Accident au Travail

Aide aux victimes : maladie professionnelle et accident du travail


Cliquez ici pour nous contacter gratuitement

Maladie Professionnelle – Atteintes aux fonctions articulaires de l’épaule

Pour toutes vos questions l’Association est là pour vous répondre du Lundi au Vendredi de 9h00 à 18h00.
“Vous pouvez compter sur l’Association d'Aide aux Victimes de France pour vous épauler. Bon courage à chacun.”
Le président d’honneur de l’AVF, Patrick Kloepfer

Page mise à jour le 24/04/2020 par Association d'Aide aux Victimes de France

Taux d’incapacité indicatif des atteintes aux fonctions articulaires de l’épaule

L’article L. 434-2 du Code de la Sécurité sociale dispose, dans son 1er alinéa, que le taux de l’incapacité permanente est déterminé compte tenu d’un barème indicatif d’invalidité. Le présent barème répond donc à la volonté du législateur. Il ne peut avoir qu’un caractère indicatif. Les taux d’incapacité proposés sont des taux moyens, et le médecin chargé de l’évaluation garde, lorsqu’il se trouve devant un cas dont le caractère lui paraît particulier, l’entière liberté de s’écarter des chiffres du barème ; il doit alors exposer clairement les raisons qui l’y ont conduit.

Taux d’incapacité au niveau de l’épaule

La mobilité de l’ensemble scapulo-huméro thoracique s’estime, le malade étant debout ou assis, en empaumant le bras d’une main, l’autre main palpant l’omoplate pour en apprécier la mobilité :

  • Normalement, élévation latérale : 170° ;
  • Adduction : 20° ;
  • Antépulsion : 180° ;
  • Rétropulsion : 40° ;
  • Rotation interne : 80° ;
  • Rotation externe : 60°.

La main doit se porter avec aisance au sommet de la tête et derrière les lombes, et la circumduction doit s’effectuer sans aucune gêne.

Les mouvements du côté blessé seront toujours estimés par comparaison avec ceux du côté sain. On notera d’éventuels ressauts au cours du relâchement brusque de la position d’adduction du membre supérieur, pouvant indiquer une lésion du sus-épineux, l’amyotrophie deltoïdienne (par mensuration des périmètres auxilaires vertical et horizontal), les craquements articulaires. Enfin, il sera tenu compte des examens radiologiques.

DOMINANTNON DOMINANT
Blocage de l’épaule, omoplate bloquée55 %45 %
Blocage de l’épaule, avec omoplate mobile40 %30 %
Limitation moyenne de tous les mouvements20 %15 %
Limitation légère de tous les mouvements10 à 15 %8 à 10 %

On rappelle que la périarthrite scapulo-humérale (P.S.H.) s’accompagne souvent d’une amélioration tardive au bout d’un an et demi ou deux ans.

Luxation récidivante de l’épaule :

La luxation récidivante de l’épaule, sauf contre-indication, est susceptible de réparation chirurgicale. Si celle-ci est effectuée, les séquelles seront évaluées en tenant compte du degré de limitation des mouvements de l’épaule. En l’absence d’intervention ou en cas d’échec opératoire :

DOMINANTNON DOMINANT
Formes graves avec récidives fréquentes40 %30 %
Formes moyennes avec récidives espacées20 %15 %
Formes légères10 à 15 %8 à 10 %

Luxation acromio-claviculaire

La déformation, dommage esthétique, ne peut être retenue comme séquelle indemnisable. L’I.P.P. sera donc appréciée en fonction des incidences fonctionnelles et douloureuses éventuelles.